Journée d'Etude sur: " La Biomasse et Développement Durable "

17 Avril 2016

       Les activités agricoles et agro-industrielles génèrent des quantités importantes de déchets qui constituent une nuisance certaine pour l’environnement. Ces déchets, riches en matière organique, peuvent être recyclés et transformés par des procédés biotechnologiques qui constituent une solution de choix pour remédier aux problèmes de pollution. La valorisation de ces déchets, grâce aux procédés biotechnologiques, permet de mettre sur le marché national une nouvelle génération de produits fortement prisés et souvent importés.

       L’explosion démographique, l’expansion des villes, l’amélioration du niveau de vie des populations, l’industrialisation et la diversification des activités socio-économiques, engendrent une libération de déchets de diverses sortes dans le milieu naturel.

       La filière biomasse qui est une voie prometteuse, constitue une part non négligeable dans le programme national des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique qui devra atteindre une puissance installée de l’ordre de 1 000 MW à l’horizon 2030. Elle existe sous différentes formes naturelles où résulte des activités agricole et industrielle. Grâce aux divers résidus et sous-produits agricoles, l’utilisation de la biomasse à des fins énergétiques permet de diversifier les sources d’énergie soit par la production directe pour avoir de la chaleur ou de l’électricité ou bien après certains mécanismes de transformation, aboutir à des produits utilisables à des fins énergétiques (biocombustibles).

       D’un autre côté, la production des dattes occupe un rang important dans l’agriculture algérienne que l’on trouve principalement dans trois wilayas du sud-est et plus précisément à Biskra, El-oued et Ouargla pour les dattes de premier choix destinées au marché national et international. Dans d’autres régions du sud telle que Adrar où est produit une grande quantité qui malheureusement, de faible valeur marchande. Grâce aux procédés biotechnologiques, il est devenu possible de valoriser ces dattes considérées comme rebus et de mettre sur le marché local et international une nouvelle génération de produits à hautes valeurs ajoutées tel que le bioéthanol, issu de ces rebus de datte qui étaient méconnues et marginalisées.

       C’est dans le contexte de faire connaître à la communauté des chercheurs, universitaires et investisseurs, les dernières technologies de la transformation des rebus de dattes en produits énergétiques ainsi que les différentes filières de la biomasse : la production du biogaz, dépollution des boues liquides des stations de lagunage, le compostage, etc., que l’Unité de Recherche en Energies renouvelables en Milieu saharien affiliée au centre de Développement des Energies Renouvelables URER-MS/EPST CDER a organisé une journée d’étude sur la biomasse et le développement durable (17 Avril 2016).



       Au cours de cette journée plusieurs thématiques relatives à différents axes de la filière biomasse ont été exposées par les participants que ce soient chercheurs, universitaires et professionnels. A titre d’exemple, nous pouvons citer :

  • La production de biomasse microbienne à des fins alimentaires à partir des sous-produits agroalimentaires,
  • Valorisation des rebus de dattes de la wilaya d’Adrar par la production de bioéthanol,
  • Production du biogaz et dépollution des boues liquides de la station de lagunage de la ville d’Adrar.
       Malheureusement, cette journée aurait atteint tous ses objectifs si des investisseurs et industriels de la région d’Adrar avaient participé et donné leur point de vue et propositions.

        

Haut de page