Journées sur la Recherche et l’Innovation au Service du Développement Agricole et Aquaculture.

20-21 Janvier 2016

      Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a organisé conjointement avec le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche deux journées d’études sur le thème « Recherche et innovation au service du développement agricole et aquaculture », le 20 et 21 Janvier 2016 au palais de la culture, Moufdi Zakaria, Alger.

    

En marge de cette rencontre, des stands ont été aménagés pour les Centres de recherche, les universités, les laboratoires et les porteurs de projets ayant des produits susceptibles d’intéresser et de renforcer le partenariat avec le secteur socioéconomique.






Les énergies renouvelables au service de l’agriculture

    L’apport des énergies renouvelables dans le domaine agricole constitue l’un des secteurs les plus importants dans leurs applications et peut devenir un moyen majeur pour le développement social et économique des régions rurales et sahariennes. Comme la plupart des pays en développement, les régions sahariennes de l’Algérie, qui couvrent plus de 86 % de sa superficie, sont affectées très considérablement par l’indisponibilité de sources énergétiques pour leur développement en particulier pour les habitants éloignés des centres urbains. En effet, et vu l’emplacement du réseau électrique conventionnel dans ces régions, tous les habitants sont concentrés le long de ce réseau électrique. Ce cantonnement de la population et toutes leurs activités se font au détriment de l’espace offert. La disponibilité de l’eau, le séchage de produits agricoles, l’élevage d’animaux, sont des besoins aussi importants les uns que les autres.

     Par sa situation privilégiée, l’Algérie possède le potentiel solaire le plus important de tout le bassin méditerranéen et dispose d’un des gisements solaires les plus élevés au monde avec 169 440 TWh (évaluation effectuée en 2006 par l’Agence Spatiale Allemande DLR).

     Le temps d’insolation sur la quasi-totalité du territoire national excède 2 000 h annuellement et peut atteindre 3 900 h (Sahara). L’énergie quotidiennement obtenue sur une surface horizontale de 1 m² est de 5 kWh sur la majeure partie du territoire national, ou environ 1 700 kWh/m²/an pour le nord et de 2 650 kWh/m²/an pour le sud du pays.

    Les besoins relatifs àl'approvisionnement en eaudomestique, l’irrigation des récoltes et l'abreuvement du bétailaugmente en fonction dela croissancede la population. En l'absence des eaux de surface, les nappes aquifèressituées dans le sous-sol semblent êtrela seule alternative àce dilemme mais en raison de leur profondeur, il est difficilepour le pompagemanuelet animal de l’extraire. Cependant, la préservationdes écosystèmes dansles régions sahariennes ne peut être obtenue qu’avecl'attachement de lapopulationdans leurs régionspar le biaisdel'améliorationet le développement deleur niveau de vie.

    Les énergies renouvelables, estimées non pas en terme de quantité, ni même en terme de stock, mais de flux énergétique largement supérieur au niveau actuel de consommation énergétique de l’humanité, peuvent constituer des énergies de substitution tout à fait réalistes de par leur faible impact sur l’environnement.

    Les systèmes de pompage d’eau photovoltaïque fiables émergent maintenant sur le marché et deviennent rapidement plus attrayants que les sources d’énergies conventionnelles, sont particulièrement utiles dans les sites éloignés tels que les régions sahariennes où une fourniture en combustible régulière est problématique. Les systèmes de pompage d’eau par énergie solaire photovoltaïque (PV) incluant des groupes motopompes peuvent substituer partiellement ou en totalité (en fonction des besoins et de la caractéristique de la source d’eau) les systèmes de pompage alimenté par les groupes électrogènes de faibles puissance. Les systèmes de pompage PV dont les avantages sont énormes ; fiabilité, rentabilité à long terme, mobilité, etc., peuvent offrir une solution appropriée pour l’approvisionnement en eau devant satisfaire la consommation humaine, animale et l’irrigation dans les sites éloignés des régions arides.

    La convenance de cette technologie pour couvrir la demande quotidienne de l’eau des régions isolées et désertiques avait été établie par beaucoup de projets de développement mis en application la plupart du temps en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. Des milliers de systèmes fonctionnant aux hauteurs de pompage dans la gamme de 0 à 120 m ont été réalisés avec succès au cours des 20 dernières années. En particulier dans les régions d’une intensité solaire moyenne quotidienne de rayonnement excédant 5 kWh/m2/ jour, les profondeurs moyennes de l'eau dans la gamme 15-60 m et des besoins en eau moins de 100 m3/ jour, les systèmes PV avaient prouvé la fiabilité et les possibilités économiques en comparaison avec les systèmes de pompage alimentés par les groupes électrogènes.

    L’existence d’un potentiel énergétique solaire presque constant durant toute l’année et d’autres caractéristiques de ces régions justifient pleinement son utilisation. Ainsi :

  • L’ensoleillement est abondant, soit plus de 5 kWh/m² par jour, avec une durée d’ensoleillement maximal d’au moins 5 heures sur tout le territoire national ;
  • Les ressources en eau de surface sont limitées voire inexistantes, cependant les ressources en eau souterraine sont très importantes en particulier dans les régions sud-est et sud-ouest.
  • Une partie non négligeable de la population est répandue dans de petits villages ou ksars et a difficilement accès aux formes d’énergies conventionnelles. En raison des conditions environnementales des régions sahariennes, l’infrastructure des transports est faibles, voire inexistante, de telle sorte que les technologies autonomes nécessitants peu d’entretien et aucun combustible extérieur doivent être avantagées .
  • Faible besoin en eau.






Energie solaire photovoltaïque comme outil de lutte contre la désertification et vecteur de développement économique

    Mises à part les changements provoqués par l'effet de serre, la désertification est une autre source d'inquiétude pour l'Algérie. La désertification résulte d'un processus d'aridification du sol qui a comme conséquence la réduction très importante des ressources en eau et en biomasse. Dans les régions sahariennes les ressources naturelles demeurent essentielles pour la survie de ses habitants. L'accès à l'eau et à la biomasse ainsi que la valorisation des autres ressources naturelles sont largement conditionnés à la disponibilité d'énergie. Cela lie donc l'accès à l'énergie à la désertification. Dans la majorité des régions sahariennes éloignées du réseau électrique, les disponibilités en eau existent mais les conditions d'exploitations pour rendre l'eau plus accessible aux populations ne sont pas souvent à leur portée. D'où la forte propension des populations se reportant aux techniques très classiques qui ne permettent d'assurer un service régulier. Une des conséquences est le fait que les gens sont incapables de disposer de l'eau nécessaire à leur alimentation ou pour conduire des projets de reboisement afin de lutter contre la désertification.

    Si elle n’est toujours pas très répandue dans le pays (à cause de son prix initial élevé), et compte tenu du potentiel énergétique solaire, l’utilisation de l’énergie solaire PV s’impose cependant pour rendre le développement durable dans le secteur de l’irrigation toutes les fois où le pompage s’avère nécessaire. L’expérience montre que le coût du carburant ainsi que sa disponibilité constitue un frein à l’utilisation adéquate des aménagements hydro-agricoles.

     Avec un ratio élevé de capital/coût d’exploitation et d’entretien, l’énergie solaire PV est parfaitement adaptée au développement de l’irrigation des petites exploitations ainsi que pour la consommation. Cette technologie peut se révéler pertinente :

  • En amont,
  •             - pour la maîtrise de l’eau dans lequel le PV peut véritablement jouer un rôle déterminant dans l’exhaure et l’irrigation.

  • En aval,
  •         - améliorer les conditions socio-économiques des bénéficiaires, en augmentant la production à haute valeur ajoutée et en développant les échanges commerciaux
             - renforcer la sécurité alimentaire en donnant aux petits exploitants l’opportunité de s’adonner aux activités agricoles toute l’année.
                - ainsi, des ateliers de transformation ou de conservation agricoles pourraient voir le jour,
             - le projet produira des externalités positives substantielles, dont l’augmentation de la valeur de la terre et la création d’un environnement favorable au développement rural.
                - une forte demande motivant la création d’un marché potentiel d’énergie solaire PV,
              - une forte concentration en équipements solaires permettra à l’entreprise locale assurant la maintenance, de pérenniser son activité.

    La figure ci-contremontre les différents processus pour le développement de cette technologie PV.

                                        

                                                          Différents processus de développement du marché PV

Impacts environnementaux et sociaux

Impacts environnementaux

    Le pays étant fortement tributaire de la production agricole pluviale et de l’agriculture de subsistance pratiquée par les petits exploitants, la disposition de ces systèmes augmentera sans aucun doute l’autosatisfaction alimentaire dans les régions sahariennes. La promotion de l’irrigation au niveau de l’agriculture permettra de se protéger contre les risques de changements climatiques et de la variabilité, et à terme, de renforcer la sécurité alimentaire en donnant aux petits exploitants l’opportunité de s’adonner aux activités agricoles toute l’année. Le projet promouvra également l’utilisation de l’énergie solaire pour pomper l’eau aux fins de l’irrigation en utilisant des groupes motopompes immergés. L’énergie renouvelable joue un rôle clé pour réduire sensiblement les émissions de CO2.

Social

    On s’attend à ce que l’impact social du projet soit positif. Le projet contribuera à renforcer l’autosuffisance alimentaire pour une forte proportion de familles de petits exploitants dans les zones du projet.

Le projet générera également d’énormes avantages sociaux tels que la réduction du chômage et l’amélioration de l’environnement économique de ces zones (consommateurs, commerçants, importateurs, transporteurs,....). L’amélioration des marchés contribuera à accroître les opportunités de générer des revenus, induisant de ce fait la croissance et l’emploi. Le développement du marché contribuera sensiblement à stimuler la croissance de la production agricole dans ces localités.

Contribution de l’Unité de Développement des Equipement Solaires, UDES.

L’unité de Développement des Equipements Solaires, UDES/EPST CDER à l’instar des autres entités de recherche, participe activement dans des thématiques ayant un impact direct avec le développement de l’agriculture en Algérie, notamment par ses différents projets de recherche et de développement. Nous pouvons citer entre autres :

  • Le pompage de l’eau pour l’irrigation,
  • Dessalement des eaux pour l’irrigation
  • L’épuration et la valorisation des eaux usées,
  • Le séchage des produits agricoles,
  • Systèmes énergétique pour l’élevage de la volaille (éclairage, ventilation,..),
  • Froid destiné au stockage des produits agricoles.

        

Haut de page